C3.1 - Le Service de Soi, le Service d'Autrui et leur rapport à l'argent

Le 16/01/2017

 

Pour aborder le sujet, nous devons d'abord préciser une question fondamentale : Pourquoi avons-nous attribué une polarité négative et une polarité positive à la conscience SDS ?

 

Nous l'avons désormais compris, le monde du service de soi est régit par deux formes d'énergies qui dans la conscience humaine, s'opposent. Nous les avons définies comme énergies lucifériennes (les démons, la fausse lumière, SDS+) opposées aux énergies harimaniennes de Satan (l'ombre, SDS-). Toutes les deux, par leur jeu extrême (que nous développerons dans le cahier dédié à la psychopathie), ont pour mission de déclencher l'alarme qui sonnera le réveil de l'humain.

Celui-ci depuis des millénaires, profondément endormi et ignorant de la réalité de l'univers qui l'entoure, commencera à réagir. Il parviendra à ouvrir les yeux pour découvrir avec stupeur, l'étendue de la perversion qui règne sur la planète terre. Mais ce qui lui sera le plus difficile à accepter, est que lui-même (en l'occurrence chacun d'entre nous) en est responsable, précisément parce qu'il s'est laissé endormir et que même s'il se croit "spirituellement éveillé", continue à dormir.

Car l'homme a été placé sur terre par les "forces planificatrices" pour être le conservateur de la banque génétique universelle quelle représente, et ce sont les "forces du "Service de Soi - SDS" qui l'ont forcé par la ruse, à oublier sa mission.

 

Les deux formes d'énergies du "Service de Soi - SDS", gouvernent la totalité de la planète terre. Et évidemment, toutes les deux la contrôlent au moyen du "dieu argent" et de la perception erronée que nous avons du temps. Tout simplement parce que maintenir le plus longtemps possible l'homme dans l'illusion, est quelque part leur rôle.

 

L'argent est le meilleur moyen de contrôler la psyché humaine et de générer artificiellement la peur du manque. Il appartient au monde satanique et dans ce cas, l'argent-économie est le moteur des guerres, des crimes, de la violence, de la corruption..., et entre inévitablement en jeu dans le déroulement de la vie sur terre parce qu'il divise l'homme.

 

Dans l'autre camp SDS, l'argent est également le moyen par excellence de nous conforter dans l'illusion. Il agit comme une sorte de somnifère qui en quelque sorte prolonge le jeu de la dualité en nous laissant croire à notre réveil. La quasi totalité des gourous New Age, des thérapeutes de bien-être, hypnothérapeutes, psychologues, enseignants, chercheurs de vérité, sont tombés dans le piège tendu par l'énergie luciférienne. Car tous sans exception, sont restés corrompus sous l'influence du "dieu argent", agent du corpus SDS, et ne s'en rendent absolument pas compte.

 

Le véritable éveil n'aura pas lieu dans notre sphère de réalité de 3ème dimension. Nous le comprendrons seulement lorsque nous aurons atteint la 4ème densité de réalité au Service d'Autrui qui elle, n'est absolument pas régie par une quelconque économie. Le pouvoir créateur de l'humain y est quasi illimité, puisque aucune notion de temps, ni de prise énergétique n'interviennent dans le processus de la création.

 

Pour l'instant dans le meilleur des cas et seulement pour certains d'entre nous, nous n'avons commencé à approcher "lucidement" que de très loin la 4ème dimension de conscience SDA. Car ceux qui se croient éveillés et qui "enseignent leur éveil" en compensation ne serait-ce par exemple, que d'une quelconque demande de contrepartie, retournent indéniablement dans un schéma du Service de Soi et ne sont donc absolument pas éveillés au Service d'Autrui. Ceci parce qu'ils n'ont toujours pas compris que dans la réalité du "Service d'autrui - SDA", il n'existe aucune demande de compensation de ce genre, et encore moins de contrepartie financière.

 

Le véritable Service à Autrui, tel qu'il est enseigné par les planificateurs Kadistu (et le peuple de Sirius), consiste uniquement d'offrir, de rendre disponible, mais aussi de ne jamais interférer dans le libre arbitre et dans le cheminement d'autrui, si ce dernier n'en fait pas expressément la demande.

 

Un thérapeute, énergéticien, hypnothérapeute, même avec sa meilleure intention, n'est donc pas en orientation SDA. Dans le meilleur des cas, il fait partie de la sphère des porteurs de lumière (luciférienne) donc SDS +.

 

Lucifer, le diable ("celui qui sépare", qui crée l'illusion de la dualité) divise l'humanité en hiérarchisant notre rapport à autrui au moyen de l'argent. Au-delà du principe d'échange en vigueur dans la dimension humaine, l'argent est devenu un vil moyen de mesurer la "défaillance" de notre pouvoir créateur.
Symboliquement, lorsque nous "achetons" à quelqu'un, nous nous laissons subtiliser notre propre énergie créatrice. En vendant, nous lui prenons de l'énergie, l'argent étant en quelque sorte de l'énergie densifiée et ce qui est densifié, à du mal à se mouvoir, à se déplacer. L'argent qui ne circule plus, devient donc "économie". Ce qui est la problématique de notre société actuelle, qui thésaurise, amasse, économise, stocke, de peur de manquer ! (Voir à ce propos le dialogue n°25).

 

En 4ème dimension de conscience SDA, les échanges de savoir entre personnes ne se font plus que par le biais de "l'offre", un don du Soi pur et simple, et ne se monnaye pas. Lorsqu'il existe une demande sincère de la part d'un chercheur de vérité et puisqu'il sait que ce dernier ne fait que lui renvoyer une "expérience en miroir proposée par un autre Soi", l'individu en cheminement SDA, propose simplement son éclairage sans attente d'un quelconque retour. C'est ce que nous appelons un "partage".

 

La dimension SDA est composée de consciences exclusivement centrées sur le Service à Autrui, au service de l'Unité des âmes. Elle "n'autorise" en aucun cas un quelconque soudoiement ou extorsion d'énergie des uns des autres.

Cette densité plus élevée que celle de notre dimension humaine actuelle, sera basée uniquement sur un concept d'échange d'énergie créatrice entre âmes consentantes. Cette énergie sera d'ordre inventive ou créative et n'aura aucun rapport avec un quelconque échange d'énergie-argent.

 

Cette notion de non-dualité devrait être assez simple à comprendre pour ceux qui s'orientent en SDA. Dans la 4ème dimension SDA, nul ne pensera plus à subtiliser l'énergie d'autrui ou à la monnayer en échange de quelque chose et encore moins en contrepartie de la Connaissance.

 

Dans notre société actuelle la quasi totalité des rapports humains sont régis par l'argent. Lorsque l'individu persiste dans un des rôles relevant de la triade bourreau-victime-sauveur, il met automatiquement en jeu une prise énergétique inconsciente, soit par une demande ou une offre de compensation, qu'elle soit en argent ou en service d'échange.

De plus, gagner de l'argent et gagner sa vie sont basés sur une seule et même problématique, le rapport ou la dépendance que nous avons par rapport au temps. Le monde politique et social recherche des solutions au problème qui l'obsède : l'économie.

 

L'argent et le temps sont profondément intriqués. Ne dit-on pas d'ailleurs que le temps c'est de l'argent ?

 

Cette soi-disant "économie" est basée sur un principe devenu quasi universel qui est de prendre à l'autre, ce que nous ne pouvons pas créer, faire ou produire par nous-mêmes. C'est le principal critère pour définir la conscience du Service de Soi de 3ème dimension. Ce genre de monde où nous prenons à autrui, n'est pas un monde de créateur, il est l'archétype même d'un monde habité par les parasites-SDS toujours "pressés" par le temps qui court. Une conscience SDS est quasi-incapable de profiter pleinement du temps présent.

 

Le terme "économie" comme il l'indique, signale un flux énergétique restreint, piégé dans le cycle de "l'espace-temps", des réincarnations.

L'antonyme du mot économie est : abondance ou prospérité. Donc se servir de l'argent pour échanger nos connaissances, savoirs ou compétences, n'est purement qu'un conditionnement à la matrice SDS. Évidemment, comme l'humanité entière baigne dans un monde conditionné par les mœurs SDS, comment gérer le flux de l'argent afin que notre comportement commence à correspondre à du service à autrui ?

 

La réponse est sans appel : en devenant réellement créateur de notre propre prospérité. (Nous préciserons cette notion dans un cahier dédié à l'information et la création de la réalité).

 

Devenir véritablement créateur d'une réalité prospère, est motivé par des mécanismes psychologiques très profonds et n'a strictement rien à voir avec le simple fait "de savoir" que nous sommes des Êtres créateurs. Toutefois, nous sommes parvenus à la conclusion que la liberté d'être et en l'occurrence la prospérité, se bâtit à chaque moment, au fur et à mesure que nous prenons conscience de nous-même, de notre véritable Êtreté et de notre environnement (et non de l'illusion qui l'entoure). C'est de cette manière que nous nous débarrassons petit à petit des contraintes et des inerties qui nous empêchaient de devenir créateur de cette prospérité.

 

Remarquons que parmi les synonymes du mot prospérité, nous relevons les mots : bénédiction, grâce, abondance, chance, bonheur... qui aucun d'eux n'est monnayable.

Cela signifierait-il que la prospérité n'est nullement liée au flux de l'argent, à l'économie ?

 

Le sens réel des mots "prospérité" ou "abondance", implique d'attirer à soi, exactement au bon moment, à la bonne heure, tout ce que nous avons besoin sans engendrer aucune thésaurisation. Demander un quelconque pécule à autrui pour quelque raison que ce soit, signifie simplement que nous confondons argent et prospérité. Ce type de comportement n'a rien à voir avec un comportement du "Service d'autrui - SDA".

 

Cette forme d'abondance, opposée au système économique de l'argent et n'impliquant aucun système monétaire, a été symbolisée dans les écritures par la parabole de la manne tombant du ciel, lors de la fuite des hébreux hors d'Égypte.

 

Comment devons-nous alors comprendre la parabole de la manne ?

 

Tout humain en marche vers un avenir au "Service d'autrui - SDA", devrait être capable de générer sa propre prospérité, qui rappelons-le encore, n'a aucun rapport avec un quelconque besoin d'argent, donc forcément générateur de croyances qui nous obligent à avoir recours à l'argent du système d'échange propre à la matrice du système SDS.

 

Pour être parfaitement clairs, nous parlons encore de nos propres expériences.

Les lecteurs qui suivent nos péripéties, ont peut-être pu remarquer que jamais nous ne monnayons d'une manière ou d'une autre, l'accès à nos Dialogues et évidement à "l'enseignement" qu'ils recèlent.

Comme nous-mêmes avons toujours un pied dans le monde SDS et que le "dieu-argent" continuera à le régir tant que nous y serons, nous avons choisi de proposer simplement un bouton "don" sur le site. Mais comme l'autre pied est résolument dirigé vers le service d'autrui, nous avons appris comment générer notre propre prospérité.

 

Alors comment faisons nous ?

 

La première étape a été de déceler puis dénouer la trame karmique qui nous retenait dans la matrice de 3ème dimension. (Voir par exemple l'appel du pays Cathare)

 

Nous avons alors appris à nous familiariser avec les mondes prédateurs pour dompter nos peurs et apprivoiser nos propres "démons". Car ces derniers élaboraient tous les scénarios possibles pour provoquer des réactions d'anxiété, de manque, de colère, de tristesse... des occurrences émotionnelles que finalement nous avons découvertes tapis au plus profond de notre inconscient sous la forme d'une multitude d'émotions réprimées.

 

Ensuite nous nous sommes astreints à un jeûne intermittent et une alimentation cétogène qui ont désintoxiqué le système neuronal et incontestablement amélioré et développé la matière blanche du cerveau. Ce processus a finalement contribué à améliorer notre connexion au Soi supérieur.

 

Nous nous sommes alors astreints à déceler les nombreux jeux d'emprise et de pouvoir sur l'autre et à suivre quelques principes de bases provenant de l'éthique du Service à Autrui.

 

Le premier étant de nous délester le plus possible de toutes possessions matérielles. Nous ne sommes donc plus propriétaires ni de notre logement, ni de nos meubles et ne possédons plus aucun animal de compagnie... (Voir " Service à Soi & Service à Autrui " - diag n°36)

 

En ce qui concerne le rapport à l'argent, nous avons compris que le Service à Autrui sous-entend de ne jamais imposer, demander, ni même proposer un quelconque prix ou tarif, quelque soit nos prestations ou notre travail.

 

L'argent dont nous nous servons pour demeurer dans la société, nous parvient non pas au travers de quelconques transactions de particulier à particulier (prise énergétique), mais simplement parce qu'en offrant notre apprentissage de la Connaissance au travers de nos expériences de vie à la collectivité, celle-ci nous rémunère en retour par le biais des minimaux sociaux du RSA. En complément, quelques dons provenant des lecteurs contribuent à payer les frais de gestion du site et nos déplacements dans le cadre des rencontres du réseau LEO.

 

Ce mode de fonctionnement, sans thésaurisation énergétique est quasi impossible à concevoir ou à accepter pour une conscience au Service de Soi, mais nous semble beaucoup plus adéquat si nous voulons apprendre à cheminer au Service d'Autrui. Comme nous l'avait fait remarquer plusieurs lecteurs, notre engagement à diffuser nos expériences relèveraient d'un travail d'utilité publique et devrait être rétribué comme tel. Les dialogues que nous avons rédigés depuis 5 ans sont donc gracieusement publiés sur le net et sont disponibles sans aucune réserve pour tout un chacun, à tout moment. (Nous en sommes actuellement à plus de 1000 pages A4).

 

De même, les rencontres filmées ne sont jamais organisées par nos soins. Elles ne sont donc jamais payantes, mais simplement motivées par un besoin de partager nos expériences avec autrui, afin d'accroître la Connaissance. Ainsi ceux qui sont mus par ce besoin réciproque, sont libres de nous inviter à un partage de groupe.

 

Comme nous l'avons exprimé à de multiples occasions, nous savons que la conscience SDA se cultive et s'expanse grâce à ce genre de rencontre. Elles sont un formidable moyen, non pas comme le font la plupart des "enseignants" de monnayer les échanges "pour s'en mettre plein les poches", mais pour véritablement partager nos expériences de vie, confronter nos opinions, s'enrichir mutuellement de notre propre savoir et connaissances.

Parce que ce n'est que de cette manière, lors d'un travail ou d'un échange de groupe, c'est à dire lorsque nous ouvrons ensemble nos esprits, que "l'énergie noire" (l'énergie nucléaire faible, l'amour véritable), porteuse et génératrice de "l'information de la véritable prospérité", afflue dans la matière blanche du cerveau et participe à imaginer l'inimaginable.

 

Nous le vérifions de plus en plus, l'abondance et la prospérité font désormais partie de notre quotidien et nous n'avons pas besoin de la mesurer à la "valeur de l'argent" pour la voir se manifester dans notre réalité !

Il existe donc une énorme différence entre un travail proposé par un agent ou un groupe SDS et celui proposé par ceux au "Service d'autrui - SDA".

 

Nous vous invitons alors à parcourir le net, observer et user de votre discernement pour relever le nombre effarent de thérapeutes, psychologues, enseignants, scientifiques, chercheurs SDS de tout poil, qui affichent le prix du stage ou de la prestation qu'ils proposent.

 

Alors même s'ils trouvent tous les prétextes pour affirmer que tout échange doit avoir un prix ou une "compensation énergétique", ce genre de croyance ne relève évidement que d'une conscience SDS qui n'a pas encore saisi véritablement les principes de la circulation de l'énergie dans l'univers, ni compris le rôle magique et mystérieux de l'énergie noire (du féminin), qui elle est précisément génératrice de la Connaissance et donc, implicitement de la prospérité.

 

Nous le soulignions encore, cette énergie noire aussi nommée énergie nucléaire faible, est la clef d'un avenir prospère qui prendra forme pour tout individu ayant développé sa conscience et soutenu sa volonté pour parvenir à l'éveil en 4ème densité SDA.

 

Mais pour le moment, comme nous pouvons l'observer, d'importantes tensions règnent sur notre planète. En vérité, le problème prétendument économique n'est pas réellement lié à l'argent. Et là nous rejoignons Giuliana Conforto qui prétend elle aussi, que l'économie est simplement une sorte de maladie culturelle, et comme elle le souligne, il concerne le bonheur.

 

Un autre antonyme du mot bonheur étant le mot économie, nous voyons que tant que nous subsistons dans la matrice reptilienne de 3ème dimension de conscience, en croyant à l'économie, à la restriction, notre conscience parasitée par une intelligence prédatrice, ne peut retrouver son plein potentiel créateur.

 

Comme nous le savons désormais, "l'Onde" a commencé à tarauder la conscience de l'homme. Effectivement la conscience crée la gravitation, qui alors modifie sa conscience. Cette modification est due à la pénétration de cette énergie "noire ou obscure" qui est en train d'accélérer l'expansion des consciences et par là même, celle des consciences de notre univers.

 

L'énergie noire ou nucléaire faible, reste un mystère pour la science. Mais elle ne l'est plus pour qui s'interroge sur les fondements à l'origine des croyances habituelles concernant la matière, le temps et l'espace.

 

Le temps a une emprise sur l'homme en raison de l'altération de l'ADN opérée par le corpus prédateur SDS (l'égrégore de consciences humaines de notre passé reptilien). On sait aussi que le temps c'est de l'argent et pas seulement, il est aussi dette. Les intérêts, ne sont-ils pas calculés sur la durée ?

 

Giuliana Conforto explique que le "lien" entre temps, argent et dette n'est pas une "réalité" de la nature. C'est un bluff de l'esprit humain qui, ne s'interrogeant pas sur la signification de la réalité, ne sait pas répondre à la question : "Qu'est-ce que le temps ?"

 

Le temps est-il de l'argent ou l'argent est-il du temps ?

La réponse à cette question n'est donc que pour perturber l'esprit SDS. Car ni l'un ni l'autre ne possède une quelconque importance pour un esprit SDA. Pourquoi ? La réponse se trouve peut-être dans les progrès de l'épigénétique, dans la mutation du génome humain en cours... Réfléchissons-y !

 

Sand & Jenaël

 

EN PDF

Télécharger
C3.1- SDS - SDA - et le rapport à l'arg
Document Adobe Acrobat 99.0 KB

EN AUDIO


MOTEUR DE RECHERCHE :

Compteur Global gratuit sans inscription